Les jeux vidéo violents rendent-ils mon enfant plus agressif ?

By on 09-11-2019

Probablement pas, mais les psychologues s'accordent à dire que cette pratique n'est pas sans risques.

Andre Hunter| Unsplash

Les enfants jouent aux jeux vidéo depuis la sortie du très populaire Pong d’Atari en 1972. Au cours de son évolution, cet univers est devenu sans aucun doute plus violent, plus addictif et plus lucratif. D’ailleurs, je ne parle pas là des dotations accordées aux vainqueurs de compétitions que l’on voit aux informations, telles que les 3 millions de dollars versés à Kyle Giersdorf, qui à seulement 16 ans a remporté la coupe du monde de Fortnite. Je parle bien de l’industrie des jeux vidéo elle-même, qui devrait engranger 189,1 milliards de dollars de recettes d’ici 2021 et surpasse Hollywood depuis une bonne décennie.

Toutefois, en tant que psychologue, c’est la tendance croissante à la violence qui m’intéresse et me préoccupe le plus. Des inquiétudes partagées par les parents que je rencontre. Alors que les jeux vidéo gagnent en sophistication et en réalisme, leur niveau de brutalité augmente également. Même des jeux en apparence inoffensifs tels que Les Sims, qui permet de simuler la vie de personnages dans une petite ville de banlieue, possèdent désormais des modes extrêmement violents (créés en général par des fans).

Réalisé par Qustodio en 2019, un échantillonnage des activités d’enfants américains et espagnols dans la catégorie Jeux vidéo (cf. infographie ci-dessous) révèle clairement que tous les jeux les plus populaires chez ces jeunes comprennent une part de violence, qu’elle soit réaliste ou complètement fictive.

...tous les jeux les plus populaires chez les jeunes comprennent une part de violence, qu’elle soit réaliste ou complètement fictive.

Qu’implique cette exposition pour les enfants et leur développement ? Le verdict n’est pas encore définitif. De nombreuses études, notamment celles soutenues par l’association américaine des psychologues, estiment que la brutalité des jeux vidéo accroît l’agressivité, tandis que d’autres n’établissent aucun lien de la sorte. Au premier abord, il semblerait effectivement logique qu’une exposition accrue à ce type de contenu favorise un comportement plus agressif. Pourtant, malgré toutes ces années passées à jouer, les enfants d’aujourd’hui ne sont pas plus violents que leurs aînés.

Il semble logique qu’une exposition accrue aux jeux violents favorise un comportement plus agressif. Pourtant, malgré toutes ces années passées à jouer, les enfants d’aujourd’hui ne sont pas plus violents que leurs aînés.

Je suis d’accord avec les résultats d’une étude publiée dans la revue de l’académie des sciences américaine, Proceeding of the National Academy of Sciences, qui affirme que l’exposition à la violence des jeux vidéos entraîne une légère hausse des comportements agressifs. Et que celle-ci – uniquement lorsqu’elle est combinée à d’autres facteurs de vie négatifs, tels que la violence domestique ou la présence d’armes au domicile – contribue à accroître la violence dans le monde réel. Cette étude reflète ce que j’ai pu observer dans mon cabinet et ne fait pas des jeux vidéos le bouc émissaire de tous les maux de la société.

Je ne pense pas qu’il faille interdire les jeux vidéos ou les tenir responsables des fusillades de masse, mais même une légère hausse des mauvais comportements ou la banalisation des armes à feu justifient au moins de les limiter lorsqu’ils sont violents. D’ailleurs, comme quasiment tous les jeux actuels, ils sont aussi conçus pour être addictifs. En témoigne un nombre croissant de preuves : une exposition prolongée aux écrans détériore ainsi la santé psychologique, émotionnelle et physique des enfants.

Donc non, jouer occasionnellement à des jeux vidéo violents ne nuira probablement pas à votre enfant de manière définitive. (Je recommande de limiter le temps d’écran, quel que soit sa nature, à 1 heure par jour.) Pour autant, cela ne lui est probablement pas bénéfique. En effet, j’entends des enfants se plaindre de la pression que leurs camarades exercent sur eux pour qu’ils jouent avec eux, de leur peur d’être exclus et de l’humiliation que représentent leurs erreurs ou l’utilisation d’un équipement légèrement dépassé. Il existe pourtant tellement d’autres moyens de profiter de son temps libre – y compris l’ennui !

Et n’oubliez pas : cautionner une exposition prolongée à la violence reflète également vos valeurs de parent.

Et n’oubliez pas : cautionner une exposition prolongée à la violence reflète également vos valeurs de parent. Si vous souhaitez aider votre enfant à comprendre que votre famille et vous refusez ce genre de comportement, commencez peut-être par sélectionner les jeux vidéo auxquels il joue, tout comme les films qu’il regarde.

María Guerrero Moya

Diplômée d'un master en psychologie générale de la santé et psychologue agréée, Maria Guerrero possède plus de 20 ans d'expérience dans l'aide aux enfants, aux couples et aux familles. Elle est également mère de deux enfants.

La newsletter de Qustodio Astuces aux parents : faire les bons choix est conçue pour vous aider à rester informé et à élever vos enfants à l'ère du numérique en toute confiance. Aucune information alarmiste ni tendance. Simplement les meilleurs conseils de vrais experts.

Profitez chaque mois des conseils d'experts en vous abonnant à notre newsletter Astuces aux parents : faire les bons choix