Les écrans : amis ou ennemis des enfants atteints du TDAH ?

By on 10-15-2019

Aperçu des effets de la technologie sur l'hyperactivité et conseils d'expert afin d'éviter tout dommage potentiel

Au cours des dix dernières années, j'ai observé deux tendances à la hausse chez les enfants de mon cabinet. La première est la montée en flèche du nombre de diagnostics de trouble déficitaire de l'attention avec hyperactivité (TDAH). La seconde est l'utilisation accrue de la technologie par le biais des smartphones et autres tablettes à un âge de plus en plus jeune – passant de quelques minutes seulement à 48 minutes par jour entre 2011 et 2017. Compte tenu de cette réalité relativement nouvelle, je suis souvent confrontée à des parents qui m'interrogent à ce sujet, s'inquiétant des effets potentiels des écrans sur les enfants, en particulier ceux qui souffrent du TDAH. Ils souhaitent connaître plus précisément les raisons derrière la si grande fascination des jeunes concernés à l'égard des écrans. Par ailleurs, ils désirent savoir si ces derniers constituent la cause ou l'effet de l'hyperactivité et s'ils doivent les considérer comme des amis ou des ennemis.

Avant de répondre à ces questions, intéressons-nous rapidement à un premier élément : pourquoi l'attention est-elle si importante ? Faculté de se concentrer sur notre environnement, elle se développe lorsque que nous grandissons. À notre naissance, nous ne prêtons attention qu'aux sensations telles que la faim ou le sommeil. Cependant, au cours de notre croissance, cette capacité à gérer différents stimuli changeants se développe. Progressivement, nous prenons le contrôle de notre attention, jusqu'à être capables de nous focaliser sur certaines choses même en cas de distractions – sur les explications d'un professeur malgré le bruit de nos camarades de classe, par exemple. Maîtriser son attention et parvenir à ignorer les stimuli distrayants est une compétence qui permettra à un enfant de se concentrer, d'apprendre et d'atteindre ses objectifs.

Le problème des enfants atteints du TDAH repose principalement sur leur impossibilité à faire preuve d'une attention soutenue et directe. Ainsi, ils ont de plus grandes difficultés que la population générale à rester attentifs lorsqu'il faut fournir un effort mental. De nombreux enfants hyperactifs sont incapables de se tenir tranquilles, mais les écrans semblent changer la donne. Soudain, ils parviennent à se calmer, oubliant presque de cligner des yeux. On observe ce comportement chez de nombreux enfants, mais il est encore plus prononcé en cas de TDAH.

À quoi est-il dû ? Et pourquoi ressemble-t-il tant, ironiquement, à de la concentration ? Lorsqu'un enfant souffrant du TDAH utilise un téléphone, une tablette ou un ordinateur, il n'a pas nécessairement besoin d'une attention soutenue. Les jeux vidéo lui donnent par exemple des récompenses rapides sous la forme de points ou de prix, donc il peut y consacrer des heures. Les programmes télévisés sont d'ailleurs souvent similaires, conçus pour nous distraire sur de courtes périodes.

Il se divertit donc. Alors, pourquoi cela pose-t-il problème ? Eh bien, une étude publiée dans Pediatrics confirme que les enfants qui passent plus de temps devant des écrans ont un risque plus élevé de présenter des problèmes de l'attention à l'avenir. En effet, suffisamment de recherches montrent que les enfants en contact régulier avec des écrans mobiles, des tablettes ou des ordinateurs sont plus irritables et possèdent une capacité d'attention, une mémoire et une concentration moins bonnes que ceux qui n'en utilisent pas.

...les enfants en contact régulier avec des écrans mobiles, des tablettes ou des ordinateurs sont plus irritables et possèdent une capacité d'attention, une mémoire et une concentration moins bonnes que ceux qui n'en utilisent pas.

Le risque d'addiction aux écrans est-il accru chez les enfants atteints du TDAH ?

Les enfants atteints du TDAH ont des difficultés à faire preuve d'une attention soutenue. En revanche, lorsqu'ils jouent avec un smartphone, une tablette, etc. leur attention vis-à-vis de cet appareil augmente, car ils reçoivent en continu une réponse immédiate à leur jeu. C'est la raison pour laquelle ils sont plus enclins à utiliser la technologie de manière excessive et inappropriée, ce qui peut les amener à développer de l'anxiété, des troubles du sommeil, de l'obésité, de l'agressivité et de nombreux autres problèmes.

Comment éviter une utilisation excessive des écrans, voire une addiction, chez les enfants atteints du TDAH ?

  • Favorisez une certaine structure : les limites sont importantes et saines pour tous les enfants, mais ceux souffrant du TDAH en ont encore plus besoin. Définissez des limites d'utilisation strictes, excluez-en les heures de sommeil (ainsi que celle précédant le coucher) et surveillez le type de contenu auquel votre enfant accède. Dans cette situation, les outils de contrôle parental sont vos meilleurs amis, car ils vous permettent d'établir des règles et de vous y tenir de manière cohérente.
  • Évitez d'utiliser un appareil mobile pour occuper ou rassurer votre enfant : je sais, c'est la solution de facilité pour le divertir dans la salle d'attente du pédiatre ou lors d'une réunion entre amis, le récompenser lorsqu'il a fini son repas ou le motiver à enfiler son pyjama. Dans ces moments compliqués, la technologie semble être un ami, mais il n'en est rien. Ces stratégies empêchent le cerveau d'apprendre à faire des efforts, à se concentrer ou à attendre patiemment. Vous lui donnez ainsi l'autorisation de se distraire.
  • Encouragez l'exercice : il n'est probablement pas surprenant que de nombreux athlètes professionnels souffrent du TDAH. L'activité physique permet aux enfants de se concentrer en prêtant attention aux mouvements de leur corps. Je pense qu'il s'agit certainement du meilleur moyen d'éloigner les jeunes des écrans et, en cas d'hyperactivité, de les aider à canaliser leur énergie pour réaliser un excellent travail sur le plan corporel et spirituel.
  • Passez plus de temps avec votre enfant : une troisième tendance que je n'ai pas mentionnée au début mais que les psychologues considèrent comme un facteur contribuant à l'incapacité des jeunes à développer leur maîtrise de soi ou à gérer leur frustration est la réduction du nombre de bons moments que leurs parents passent avec eux. Cette situation découle souvent d'horaires de travail compliqués, mais je suis d'avis que l'addiction personnelle des parents aux écrans y joue également un rôle. Pensez à mettre votre téléphone de côté lorsque vous rentrez chez vous ou au moins pendant les repas. Éteignez-le. Cachez-le. Prenez le temps chaque jour de vous concentrer uniquement sur votre enfant. Habituez-vous à partager des moments d'affection, à débattre ou à lire ensemble. Consacrez-lui toute votre attention, justement. Son cerveau et lui apprendront de vous.
María Guerrero Moya

Diplômée d'un master en psychologie générale de la santé et psychologue agréée, Maria Guerrero possède plus de 20 ans d'expérience dans l'aide aux enfants, aux couples et aux familles. Elle est également mère de deux enfants.

La newsletter de Qustodio Astuces aux parents : faire les bons choix est conçue pour vous aider à rester informé et à élever vos enfants à l'ère du numérique en toute confiance. Aucune information alarmiste ni tendance. Simplement les meilleurs conseils de vrais experts.

Profitez chaque mois des conseils d'experts en vous abonnant à notre newsletter Astuces aux parents : faire les bons choix