Close
-10%

Vous avez un avis mitigé sur YouTube ?

By on 02-20-2020

Vous n'êtes pas le seul parent dans ce cas-là : profitez des astuces de notre expert produit, également père de famille, pour garantir à votre famille une relation équilibrée avec YouTube

La musique, en particulier le heavy metal, est de loin ma plus grande passion. C'est une source de bonheur même lorsque je n'en écoute pas : le simple fait d'en rechercher me met de bonne humeur. J'ai de magnifiques souvenirs de moments où je parcourais des magasins de vinyles et de CD en quête d'un album recommandé par un ami. Je suis encore nostalgique lorsque je me revois déambuler dans les rues du quartier barcelonais d'El Raval et visiter une boutique après l'autre afin de trouver ce disque si spécial. Suivait alors un rituel précis – ouverture de l'emballage, lecture de la jaquette et retour rapide à la maison pour le jouer sur ma platine.

Vous ne serez donc peut-être pas surpris d'apprendre que j'ai mis un certain temps à passer au numérique. Pourtant, petit à petit, j'y suis arrivé. Et YouTube a joué un grand rôle dans cette transition. Éveillant ma curiosité, ce site m'a énormément plu, car j'avais la possibilité non seulement d'y écouter mes groupes favoris mais aussi d'y découvrir de nouveaux artistes grâce à ses recommandations.

Je suis rapidement devenu un véritable adepte de YouTube. Mais cela n'a pas duré. J'ai réalisé que son système de recommandation me proposait du contenu qui ne correspondait pas à mes attentes. Je me suis ainsi retrouvé à passer un nombre incalculable d'heures à y regarder des vidéos au hasard, dont beaucoup ne présentaient strictement aucun intérêt et ne concernaient pas la musique. D'ailleurs, j'ai vite appris que d'autres vivaient la même chose : plus de 70 % du temps que les gens passent sur YouTube est dû à son algorithme de recommandation.

Plus de 70 % du temps que les gens passent sur YouTube est dû à son algorithme de recommandation.

Selon Guillaume Chaslot, ancien ingénieur logiciel de Google, « l'algorithme de YouTube ne semble pas être optimisé pour mettre en avant du contenu véridique, sain ou destiné à soutenir la démocratie ». Son objectif prioritaire consiste à maximiser le temps passé en ligne. Et compte tenu de la durée phénoménale que nous y consacrons, il est impossible d'en ignorer les risques. Pourtant, perdre des heures et des heures sur Internet n'est qu'une de mes préoccupations concernant YouTube.

La principale d'entre elles concerne le contenu lui-même. Je me souviens de l'époque où ma fille avait environ cinq ans et adorait Dora l'exploratrice. Je reconnais avoir parfois utilisé YouTube comme « doudou numérique » lorsque j'avais besoin qu'elle reste sage ou se divertisse pendant un moment. Je la laissais parcourir les vidéos Dora, mais elle finissait par tomber sur des canulars sinistres à propos de son personnage préféré. Elle commençait alors à s'affoler et je devais vite lui expliquer que certains internautes avaient de mauvaises intentions. Elle ne cessait ensuite de me demander pendant plusieurs jours : « Est-ce qu'elle est bien, cette vidéo ? » Aujourd'hui, je reste attentif à ce qu'elle a recherché et regardé. Par ailleurs, je travaille pour une entreprise qui propose un logiciel de contrôle parental conçu pour aider les parents comme moi à protéger leurs enfants.

Je reconnais avoir parfois utilisé YouTube comme « doudou numérique » lorsque j'avais besoin que [ma fille] reste sage ou se divertisse pendant un moment.

En bref, la qualité est essentielle. Le bon sens vous dira qu'il est mieux de passer deux heures à visionner des tutoriels pour apprendre la guitare qu'à regarder des bêtises. Même une séquence d'une minute seulement promouvant la violence, l'anorexie ou les plaisanteries sur les enfants malades ne fait de bien à personne. Bien comprendre l'utilisation qui est faite de YouTube grâce à des informations pertinentes est parfait pour débuter une conversation saine, surtout avec les enfants. Pourquoi regardes-tu des vidéos sur l'anorexie ? Te rends-tu compte que les personnes filmées sont en train de souffrir ? Mais évidemment, tout n'est pas mauvais ! Vous pouvez aussi avoir de nombreuses discussions sympathiques. Aimes-tu la guitare ? Peux-tu me recommander un morceau ? Sais-tu ce qu'est un vinyle ?

La combinaison entre l'algorithme d'addiction de YouTube et la confrontation de ma fille avec du contenu inapproprié m'ont incité à repenser la manière dont je vois ce service de partage de vidéos. Toutefois, ne vous méprenez pas, je ne pense pas que YouTube soit foncièrement mauvais. Ce site offre également d'innombrables possibilités de s'amuser et d'apprendre. Malheureusement, c'est devenu une décharge pleine de déchets dangereux. Il s'agit probablement d'un bon miroir de l'humanité, reflétant nos meilleurs et nos pires côtés.

Cet aspect et la demande importante des parents nous ont convaincus de créer la fonctionnalité Qustodio Surveillance de YouTube. Elle leur offre un aperçu des vidéos que leurs enfants regardent dans la journée afin de savoir quelle conversation avoir avec eux et d'être au courant de tout contenu suspect. Autre élément important, elle leur indique aussi précisément combien de temps leurs enfants ont utilisé YouTube.

Étant donné que YouTube est la plateforme d'hébergement et de partage de vidéos la plus populaire au monde, nous devons comprendre son fonctionnement et son influence sur nos habitudes numériques ainsi que sur celles de nos enfants. Il nous faut un certain équilibre, une relation saine avec YouTube.

Chez Qustodio, ce besoin implique de connaître la qualité du contenu visionné et de suivre les nouvelles directives de l'OMS concernant le temps d'écran :

  • Les enfants de moins de 2 ans ne doivent pas regarder d'écrans du tout
  • Les enfants âgés de 2 à 5 ans peuvent regarder un écran 60 minutes par jour au maximum (et moins cette durée est élevée, mieux c'est)

Quant aux enfants plus âgés et aux adolescents, nous recommandons non seulement de limiter leur utilisation des écrans en fonction de leur niveau de maturité et de résilience numérique, mais également d'observer :

  • Des pauses sans écran toutes les 45 minutes
  • Une interdiction d'écrans une heure avant d'aller se coucher
Manuel Bruscas

Vice President of Product Management de Qustodio, Manuel Bruscas mène la stratégie consistant à s'assurer que nous offrons aux familles la meilleure expérience au monde dans le domaine de la sécurité et du bien-être en ligne. Manuel adore raconter des histoires avec des données et se consacre, en tant que père lui-même, à façonner un avenir numérique plus sûr pour nos enfants.

La newsletter de Qustodio Astuces aux parents : faire les bons choix est conçue pour vous aider à rester informé et à élever vos enfants à l'ère du numérique en toute confiance. Aucune information alarmiste ni tendance. Simplement les meilleurs conseils de vrais experts.

Profitez chaque mois des conseils d'experts en vous abonnant à notre newsletter Astuces aux parents : faire les bons choix